Les sobriquets des villages

 

ADAMSWILLER ( "D'Willere Blaessle ")

Ce sobriquet selon Hans LIENHART désigne un bovin portant une tache blanche sur le front.

ALTWILLER ( "D'Ochsestuebbere ")

Les pousseurs de bœufs. Explications avancées par Mr le maire :"sur le ban d'Altwiller, la terre est très lourde. Il fallait parfois deux bœufs pour tirer la charrue (ochsen). Les bêtes étaient très vite fatiguées. A côté de celles-ci devait marcher quelqu'un pour les pousser (stuebbe) et les faire avancer. Les cultivateurs d'Altwiller étaient donc des "Ochsestuebbere "

ASSWILLER (" Rückkoerwle" )

La transcription du sobriquet des habitants ramène à des hottes, des paniers en osier, portés sur le dos. Certains disent que du temps de l'ancienne seigneurie Stein-Callenfells, on envoyait les habitants à Sarre-Union avec des hottes pour y chercher les produits de première nécessité. Pour d'autres, les commerçants locaux utilisaient les hottes pour vendre leurs marchandises sur les marchés aux alentours.

BAERENDORF ("D'Bäereklowe")

Les pattes d'ours ou les ours rustres. Pourquoi les habitants sont-ils appelés rustres ou ours? Le nom du village répond à une partie de cette question sans lever tous les mystères .

BERG ("D'Kullekoepp")

Les têtards. Les habitants de Berg qui vivaient dans un paysage de fond de petite vallée , en forme de fer à cheval , avec en amont de multiples sources. Dans ces eaux troubles , vivaient les Kullekoepp.

BETTWILLER ( "D'Dräjhälschle")

Les cous qui tournent, pourquoi ou sur quoi ? Un village de "tordeurs" de cous ou de cous tordus ?

BISCHTROFF-SUR-SARRE ("Dickkuche")

Les gâteaux épais !!Mais certains prétendent que les terres appartenaient à un certain Piso (étymologie du nom de la racine latine de Piscis ou piscator évoquant la passion que portaient les habitants à la pêche).

BISSERT ("D'Erbseglocker")

Les carillonneurs de petits pois , référence à leur Eglise qui ne possédait qu'une cloche appelée Erbseglocke, clochette à petit pois contenu de sa tonalité.

BURBACH (" Käskuche")

Les tartes au fromage blanc sont encore à l'honneur lors de la fête du village en novembre.

BUST ("Essle")

Les ânes. Version la plus méchante: Les villageois auraient voulu acquérir l'horloge de l'église de Lohr. Pour avoir assez d'argent, ils vendirent leurs meilleures terres. L'horloge achetée, ils se rendirent compte qu'elle était vieille et sans valeur.

BUTTEN ("Essichzappe")

Bonde ou bouchon de vinaigre. Au XIX° siècle, pour arrondir leurs revenus, les gens pauvres allaient à pied de village en village vendre du vinaigre de poires sauvages.

DEHLINGEN ("D'Durrbierestiel")

Queues de poires séchées. Il faut en chercher l'explication dans la grande tradition de gastronomie fruitière du village. Pour en faciliter la conservation, les habitants avaient l'habitude de les faire sécher dans des fours.

DIEDENDORF ("Pannkuche")

Les crêpes. Pour l'anecdote, la municipalité a intitulé son bulletin annuel le journal des crêpes (S'pannkucheblättel) .

DIEMERINGEN (" D'Kaffeelappe")

Buveur de café. Sobriquet qui remonterait à la révolution lorsque les troupes durent intervenir lors de troubles dans le village. Il leur fut servi beaucoup de café, constitué d'un breuvage de malt et de chicorée. Ainsi les soldats de la garde et les habitants de Waldhambach ( village où stationnait la troupe ) surnommèrent les habitants de Diemeringen les Kaffeelappe .

DOMFESSEL (" Butterklötz ou Ziwle ")

Grâce à leurs prairies bien grasses, les vaches de Domfessel assuraient une bonne production de lait et les paysannes avaient l'habitude de venir vendre de grosses mottes de beurre au marché de Sarre-Union. Le second surnom provient de la culture des oignons très répandue dans la région.

DRULINGEN (" D'Kehlhase")

Une histoire de truies serait à l'origine du sobriquet Kehlhase. C'est une querelle entre les citoyens de Drulingen et de Weyer. Les habitants de Drulingen auraient fait rentrer les truies dans la forêt de Weyer et dans les plantations de choux. Les habitants de Drulingen devenaient des Kehlhase et ceux de Weyer les Moore.

DURSTEL (" Dräjhälsch ou Muckekopf")

Sobriquets se rattachant au registre animalier. Ils signifient respectivement " oiseaux aux cous qui tournent de manière très vive " et " têtes de mouche ". Le second sobriquet remonte au temps où les francs et les alamans vouaient un culte à l'eau et priaient au bord des sources. Les habitants de Durstel croyaient que l'eau courante de la fontaine au nouvel an était bénéfique et les habitants s'y retrouvaient avec leur bétail, dès le 31 décembre à minuit pour en bénéficier.

ESCHBOURG (" Fröschebubber ou Sandhäs ")

Pet de grenouille ou Lièvre de sable . Le premier vient du fait que les habitants du village aimaient chasser les grenouilles pour en vendre les cuisses au marché.

ESCHWILLER (" D'Geisse ")

Chèvre. En effet, un instituteur d'antan possédait une chèvre. Quelques garnements du village la volèrent et la suspendirent la tête en bas par les pattes de derrière, elle mourut au bout d'une demi-journée. Depuis ce jour là , en croisant les habitants d'Eschwiller, les gens des communes voisines leur crient "mää mää " comme une chèvre en train de mourir.

EYWILLER (" Durrbierestiel ")

Tiges de poires séchées. Ce sobriquet vient également de la forte production des vergers du village. Et une histoire de chèvre, comme son voisin tout proche, Eschwiller; Eywiller se trouve dans un trou, ils ont tué une vieille chèvre, ils la pendent à un bout de bois et tournent autour et lèchent.

FROHMUHL (" Besebinger")

Lieurs de balais. Ce surnom semble venir du fait que les habitants du village étaient autrefois très pauvres. Parmi les moyens de revenus, ils confectionnaient des balais de toutes sortes.

GOERLINGEN (" D'Guggugge")

Les coucous . ??

GRAUFTHAL (" D'Mohre")

Les truies noires. Il n'existe pas vraiment d'explications pour ce sobriquet.

GUNGWILLER ("D'Dickkoepp")

Les têtes dures, selon Hans Lienhart, on les aurait aussi appelées "Schisskiwel" pot de chambre ou encore "Mohre", truies.

HARSKIRCHEN (" Kaffeebohne ")

Grains de café. L'origine est du fait que les paysans n'attelaient jamais leur charrue le matin sans avoir bu beaucoup de café.

HERBITZHEIM ( " D'Froesche ou D'Herzemmer Essichzappe ")

Les grenouille ou les bondes à vinaigre. Les grenouilles auraient été une spécialité du coin. Pour le deuxième, il faut remonter à l'époque napoléonienne, où beaucoup de poiriers furent plantés. Les habitants en tiraient un vinaigre réputé.

HINSBOURG ("D'Schwitzer")

Les Suisses. Le sobriquet remonte à la guerre de trente ans. Des familles suisses sont venues s'installer dans ce village encore appelé " la petite Suisse " .

HINSINGEN (" ")

Il n'en existe aucun pour ce village.

HIRSCHLAND (" Starrköpf ou Köpple")

Fortes têtes ou petites têtes. Un cavalier décapité hanterait la forêt de Hirschland les nuits de tempête et de pleine lune, il porte sa tête sous son bras .

KESKASTEL (" Rieweschwänz")

Les queues de navets. Chaque année , en automne se tient la fameuse fête des navets !!!

KIRRBERG (" Schnicker ")

Les priseurs de tabac. Sans doute une mauvaise habitude contractée par les habitants.

LA PETITE PIERRE ("Sandhase")

Lièvres des sables. Référence probable au caractère sablonneux des terres environnantes.

LOHR (" Schlekelkrämer")

Marchands de confiture.Une coutume dans un village riche en arbres fruitiers.

LORENTZEN (" Pannkuche ")

Les crêpes. Son origine demeure inconnue.

MACKWILLER (" Breilappe ")

Chiffons de bouillie. L'origine de ce surnom semble se dessiner à travers le grand appétit des villageois réputés pour cela, mais aussi pour les paroles prononcées lors des repas.

OERMINGEN (" Ziwelkoepp ")

Tête d'oignons. Certes Oermingen a sa fête gastronomique du Ziwelfescht, soi-disant qu'on y cultivait beaucoup d'oignons.

OTTWILLER (" D'Breete ")

Les larges = les orgueilleux. Un dicton dit : " Quand les femmes d'Ottwiller se rendent à l'église de Lohr, elles s'installent sur les bancs de telle manière qu'à deux elles en occupent un entier.

PETERSBACH (" Lehmhase")

Lièvres d'argile. Ce sobriquet trouve son explication dans la nature du sol, une terre argileuse.

PFALZWEYER (" Türke ")

Les turcs. La première explication que l'on peut donner à ce sobriquet viendrait du fait que les habitants ont de l'ardeur au travail . Mais certains disent aussi que cela est dû à leur manque de piété.

PUBERG (" Käskuche ")

Tarte au fromage . Ce sobriquet n'évoque rien aux habitants de Puberg .

 

RATZWILLER (" Dürrbierestiel ")

Queues de poires séchées. Il se comprend par une forte concentration de quetschiers, pruniers, pommiers et poiriers.

RAUWILLER (" D'Storche ")

Les cigognes. Une chose est sûre, il n'y a pas de cigognes à Rauwiller, mais l'explication viendrait de l'histoire. Rauwiller est l'un des villages repeuplés en 1559. Il semblerait que les nouveaux venus aient été plus grand que les habitants des villages voisins.

REXINGEN (" D'Mohre ")

Rexinger Mohre mit de lange Ohre. Les truies de Rexingen avec de grandes oreilles. ??

RIMSDORF (" D'Linsespalter ")

Les avares. A Rimsdorf, on se défend d'être avare lorsqu'il s'agit de rendre service

SARRE-UNION (" Steinboeck ")

Les boucs. Allusion aux deux boucs installés sur la fontaine érigée place de la république.

SARREWERDEN (" Staenbeck ")

Les boucs de pierre . L'origine en serait simplement les nombreuses carrières qui au siècle dernier faisaient la renommée de la localité.

SCHOENBOURG (" D'Wurzelzappe ")

Les Betteraves. En fait c'est surtout parce qu'ils en cultivaient beaucoup, non pas pour eux, mais en fourrage pour leurs nombreux élevages de cochons.

SCHOPPERTEN (" Sandhase ")

Lapins de sable .On donne ce sobriquet au village en raison de la présence de sable aux différents endroits du ban communal .

SIEWILLER (" Kisselsbeebe ")

Insecte de gravillon. René Burr nous fournit l'explication. Il aurait été attribué car la terre située au nord de la commune est réputée pauvre et gravillonneuse .

SILTZHEIM ("")

Pas de sobriquet. Mais un dicton " A Siltzheim , ils sont tous fous même les clenches de portes "

STRUTH (" Mohre ")

Les truies. Ceci s'explique peut-être par la grande pauvreté qui régnait jadis dans le village. "Ceux de Struth veulent engraisser des bœufs et ils n'ont pas de fourrage "

THAL-DRULINGEN (" Hammelschwänz ")

Sobriquet n'ayant pas d'explication mais faisant référence aux moutons.

TIEFFENBACH (" Sandbobe , Bleeflicker , Kohlkoepple ")

Cafards des sables, réparateur de parapluies, petites têtes de chou. Pas d'explications

VOELLERDINGEN (" D'Ziwelboeck ")

Boucs d'oignons. C'est pour deux raisons, d'abord , le village n'est situé qu'à 5 km de Sarre-Union ( Boeck ) et dans le village, les habitants ont cultivé les oignons en grande quantité.

VOLKSBERG ("")

Pas de surnom particulier , mais la signification du nom du village semble évidente; Volksberg , montagne ou colline du peuple. Mais en allemand Vol signifie sanglier .

WALDHAMBACH (" D'Knepple ")

Les boutons. Ce surnom proviendrait d'un fait en rapport avec le costume traditionnel . Le nombre et la taille des boutons indiquaient la fortune de leur propriétaire .

WEISLINGEN (" D'Spengler ")

Les rétameurs, les pauvres gens . " Quand on demande à un rétameur de parapluie d'où il vient, il répond : de Weislingen" . " On vivait bien, mais à la fin de l'année , il n'y avait plus rien".

WEYER (" Un d'Weyere sinn mohre ")

Ceux de Weyer sont des truies. C'est un différend avec leurs voisins de Drulingen. Les paysans de Drulingen déboisaient leurs forêts. N'ayant plus de bois de chêne pour leurs cochons, ils pénétraient dans la forêt de Weyer. Un jour, les paysans de Weyer en attrapèrent un et le mangèrent sur la place publique.

WOLFSKIRCHEN ("Quetschekuche")

Les "tartes à la questche"

ZOLLINGEN (" Schnikere ")

Le terme schniken ( terme allemand ) pourrait être traduit par bougeait vivement. Mais d'autres y verraient une déformation du mot schnicher ( priseur de tabac ).

 Sources DNA et René BURR