Historique du gazogène

   

Les premiers gazogènes ont vu le jour dès le début du XIX° siècle. En 1801, le français LEBON dépose un brevet pour un moteur fondé sur l'expansion d'un mélange d'air et de gaz enflammé. En 1810, l'espagnol De RIVAZ dessine un véhicule avec moteur à gaz.

Les hommes de ce siècle ont tous vu fonctionner les machines à vapeur dont l'inventeur est Denis PAPIN.

En 1839, BISCHOF construit un générateur de gaz.

A la même période des applications industrielles sont réalisées en France comme en Angleterre. Dans un premier four, le coke est brûlé incomplètement, dans un second, par réduction, on obtient du gaz combustible.

Gazogène "LABBE" fonctionnant par aspiration.

En 1856, les frères SIEMENS inventent un gazéificateur. Cette année là, à Paris, des tramways sont actionnés au gaz d'éclairage. Le gaz de ville est le plus ancien combustible connu pour l'alimentation des moteurs à explosion.

 

Dans la deuxième moitié du XIX° siècle, est inventé le moteur à explosion.

En 1860, Lenoir présente le premier moteur à gaz.

En 1862, Beau de Rochas, met au point le cycle à 4 temps.

En 1886, Daimler et Benz fabriquent la première voiture à 3 roues, avec moteur à 4 temps.

En 1893, Diesel réalise un moteur fonctionnant à l'huile lourde.

Ce n'est qu'au début du XX° siècle que l'on peut voir des résultats concrets sur des véhicules à gaz.

Vers 1900, Riché parvient, par la gazéification de combustibles minéraux, à produire un gaz pauvre pouvant véritablement alimenter un moteur à explosion.

En 1901, Benz construit la voiture "Idéale" avec un moteur à gaz.

En 1901, Parker préconise un gazogène polycombustible capable de brûler aussi bien du coke que du charbon de bois.

En 1904, Gaillot et Brunet expérimentent une péniche dont le moteur est alimenté par un gazogène et Cesbron en équipe une voiture "Alcyon".

 

En 1905, John Smith parcourt les routes d'Ecosse à bord d'un camion à gazogène.

En 1907, Garuffo ainsi que Clérici déposent chacun un projet de gazogène à deux générateurs se plaçant symétriquement de part et d'autre du véhicule.

En 1909, Deutz réussit à construire un gazéificateur combiné à un moteur développant 550 CV.

En 1910, Cazès parcourt 10 km dans les rues de Paris au volant de son omnibus fonctionnant avec un gazogène au charbon de bois.

Dès le début du siècle, face au développement rapide de l'automobile et la crainte de manquer de pétrole, les constructeurs font des recherches pour créer des véhicules fonctionnant avec un carburant produit sur le sol national.

On songe d'abord à utiliser l'alcool dont la production est excédentaire dans le Languedoc, et celui issu de la betterave sucrière.

On utilise aussi, dans certains cas, l'acétylène. Dans d'autres, la naphtaline, le méthane ou l'éthylène.

   

Le problème dans le développement des gazogènes, est le stockage pour le transport des carburants gazeux.

La guerre 14-18 arrête les recherches.

En 1919, apparaissent les premières stations services.

A Diemeringen, en 1920, Georges Imbert commence à élaborer le gazogène à bois.

En 1921, soixante véhicules dotés d'un gazogène circulent en Angleterre.

La France a pris du retard dans la recherche fondamentale, c'est pourquoi en 1922 est organisé un concours de gazogènes.

Quelques années plus tard, notre pays sera à la pointe des techniques dans la construction des gazogènes, et cela grâce en grande partie à l'inventeur de Sarre-

 
 

A suivre Fonctionnement